« La Belgique doit augmenter aussi vite que possible le seuil des paiements sans contact »

« La Belgique doit augmenter aussi vite que possible le seuil des paiements sans contact »

CCV, l’entreprise de traitement de transactions, veut que le secteur prenne rapidement ses responsabilités et se réfère à l’exemple néerlandais

Ypres – 26 mars 2020 – L’entreprise de traitement des transactions CCV exhorte l’ensemble du secteur à obtenir rapidement une augmentation du seuil des paiements sans contact. Cette limite est actuellement fixée à € 25, mais il serait facile de la porter à € 50. « Il n’y a pas de raisons de ne pas le faire », affirme le CEO Dimitri Beck. « Tous les arguments plaident en ce sens, il n'y a pas de problèmes de sécurité et cette mesure serait très utile pour la santé publique en cette période d’épidémie du corona. CCV Belgique appelle de ses vœux la création d’une association belge des paiements afin que le secteur puisse réagir et innover plus rapidement à l’avenir.

 

Un seuil par paiement porté de € 25 à € 50 et, pour des paiements cumulés, de € 50 à € 100

La semaine dernière, pour lutter contre le coronavirus et donc diminuer les contacts avec l’argent liquide ou les touches des terminaux de paiement, l’association néerlandaise des paiements a obtenu une augmentation du montant maximum des paiements sans contact de € 25 à € 50. Désormais, il est donc possible d’y effectuer des paiements jusqu’à € 50 en plaçant simplement sa carte contre le terminal. Le code pin ne doit être introduit que si vous dépensez plus de € 100 après plusieurs transactions.

« Moins de contacts physiques, c’est moins de chances d’être infecté », insiste le CEO de CCV Dimitri Beck. « Nous ne pouvons pas attendre une minute de plus ».

 

Ce qu’il faut faire concrètement

Concrètement, les schémas de paiement comme Bancontact, MasterCard, Visa et Amex doivent modifier leurs règles et les banques belges (parmi lesquelles le premier actionnaire de Bancontact) doivent adapter les institutions. En outre, les entreprises de traitement des transactions comme CCV et Worldline doivent modifier un nombre limité de paramètres dans leurs systèmes, dans ce cas la population pourra payer sans contact. 

 

« La décision doit être prise, tout simplement », indique Dimitri Beck. « Nous voulons embrayer sans attendre. En l’absence d’association belge des paiements, la ministre, Nathalie Muylle, peut coordonner l’opération ».

 

Pour Dimitri Beck, la Belgique a besoin d’une association des paiements sur le modèle de l’organisation néerlandaise.  

« En matière de paiement électronique, notre pays ne fait pas la course en tête. « Nous pourrions accomplir des pas en avant fantastiques si les autorités, les banques, les fournisseurs et les organisations de commerçants osaient regarder tous ensemble vers l’avenir. Une association belge de paiements accélérerait ce processus », affirme-t-il.

 

L’association néerlandaise des paiements a fait augmenter la limite dès la semaine dernière 

 

L’association néerlandaise des paiements a joué un rôle moteur dans le processus qui a conduit à l’augmentation de la limite. Tous les acteurs du secteur y sont représentés. 

Témoignage du CEO du CCV Group Enny van de Velde :

 

« L’industrie des paiements apporte une contribution importante à la lutte contre la propagation du coronavirus – et nous n’avons que peu de temps pour intervenir. Il est essentiel d’entreprendre, au sein de ce secteur, une action coordonnée qui réunisse les décideurs. Dans l’approche de cette crise, les activités de notre entreprise aux Pays-Bas sont correctement adaptées aux actions d’autres acteurs importants du secteur des transactions financières – sous les auspices de l’association des paiements, organisation indépendante. Nous estimons qu'une telle initiative en Belgique ferait beaucoup de bien. »

 

Story image

CEO Dimitri Beck (CCV Belgique)

Story image

CEO Enny van de Velden (CEO CCV Group)

 

A propos de CCV

Grâce à CCV, les commerçants belges peuvent recevoir leurs paiements en toute souplesse depuis déjà 20 ans. De par la rapidité et la fiabilité de son service, CCV est devenu le numéro deux du paiement belge, avec une part de marché de 20 %. Offrir les meilleurs services de paiement possibles aux PME reste sa préoccupation centrale, notamment par une offre « guichet unique » couvrant à la fois les paiements en ligne et hors ligne ainsi que les services à valeur ajoutée. CCV dispose par ailleurs de tous les atouts nécessaires en interne pour proposer les éléments de l’omnichannel aux banques et aux détaillants de grande taille.

CCV Belgique fait partie du CCV Group : grâce à notre taille, il nous est possible de continuer à innover tout en conservant davantage de souplesse que les acteurs plus lourds. CCV est leader du marché dans le Benelux et partenaire exclusif d’UNIZO pour tous les services de paiement.

CCV Belgique, c’est la réussite d’une centaine de spécialistes du paiement. En Belgique, CCV possède des bureaux à Ypres (siège), à Courtrai et à Hasselt (CCV Lab).